Français
Manu894
20

Bonjour ! J'ai écrit ce texte dans le cadre de mon apprentissage du français et j'aimerais bien que vous m'aidiez à le corrigiez s'il vous plaît. Merci d'avance Elle avait capté toute la lumière à ne rien laisser aux autres femmes qui paraissaient ternes, fades et sans aucune énergie. Dans cette masse lourde, elle rayonnait de vie, de jeunesse et de beauté. Son foulard bleu rehaussait le noir de ses yeux et donnait un éclat à son visage angélique, d’autant plus qu’il émanait d’elle une sensualité torrentielle, une énergie affolante. Elle était telle une princesse de Mille Et Une Nuit ou la Reine de Saba entourée de ses serves. On aurait dit qu’elle était la seule d’avoir envie de se trouver sur ce lieu de culte, ses yeux aux aguets, elle attendait surement un signe, le bon moment pour s’éclipser et rejoindre son amoureux. Le jour du Bouddha était leur seule occasion de se voir, elle vivait dans l’isolement, une sorte de mise en quarantaine. Son père la considérait comme son joyeux le plus précieux, il avait tellement peur pour elle qu'il l'empêchait de sortir seule, il refusait l'idée qu'elle fréquente les autres. Mais il ne savait pas ou peut-être n'accepter pas que sa fille était en âge de tomber amoureuse......

+2
(2) Réponses
Adom782

c'est très bien juste une faute à la fin "ou peut-etre n'acceptait pas"

caroline974181

Bonsoir, Elle avait capté toute la lumière à ne rien laisser aux autres femmes qui paraissaient ternes, fades et sans aucune énergie. Dans cette masse lourde, elle rayonnait de vie, de jeunesse et de beauté. Son foulard bleu rehaussait le noir de ses yeux et donnait un éclat à son visage angélique, d’autant plus qu’il émanait d’elle une sensualité torrentielle, une énergie affolante. Elle était telle une princesse de Mille Et Une Nuits ou la Reine de Saba entourée de ses serves. On aurait dit qu’elle était la seule à avoir envie de se trouver sur ce lieu de culte, ses yeux aux aguets, elle attendait sûrement un signe, le bon moment pour s’éclipser et rejoindre son amoureux. Le jour du Bouddha était leur seule occasion de se voir, elle vivait dans l’isolement, une sorte de mise en quarantaine. Son père la considérait comme son joyau le plus précieux, il avait tellement peur pour elle, qu'il l'empêchait de sortir seule, il refusait l'idée qu'elle fréquente les autres. Mais il ne savait pas ou peut-être n'acceptait pas que sa fille soit en âge de tomber amoureuse......

Ajouter une réponse